edito

Dans l'appart de Mahjouba et Pascal Monfort

July 01, 2019 Charlestine

Couple parisien passionné de mode, ils se complètent au quotidien à travers leurs influences variées et leur gout pour l’esthétisme. Mahjouba est attachée de presse pour Emporio Armani. Pascal Monfort quant à lui, est consultant pour de grands groupes de luxe et à la tête de REC Trendsmarketing.

Avec un heureux événement en préparation et un tout nouveau magazine culture et bien être « IN CORPORE SANO », ils nous ont ouvert les portes de leur appartement où leur ONDIA Sensation de 1954 a su trouver une place particulière.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en un son ?

Mahjouba : « Ain’t no Mountain High Enough » Marvin Gaye & Tammi Terrell.

Pascal : « This Charming Man » de The Smiths, sans hésiter (rires)

 


 

Pouvez-vous nous décrire votre intérieur ?

Il raconte nos voyages, nos cultures et nos subcultures. Un savant mélange de nos univers et de nos inspirations respectives. Beaucoup d’objets aussi inutiles qu’essentiels : beaucoup de livres, beaucoup de fleurs, beaucoup d’images, beaucoup de noms ... Il est aussi en tension entre le désir de confort et le désir esthétique non pragmatique. Notre intérieur change aussi en fonction des grands moments de notre vie – nous attendons un heureux événement -
Il risque d’être « bousculé ».

Vous vous levez ou vous vous couchez en musique ?

Nous nous réveillons en écoutant la radio. France Inter nous suit du saut du lit jusqu’au petit déjeuner. C’est un moment important pour nous, une sorte de rituel. Nous commentons l’actualité à deux, nous nous indignons et nous rions au rythme des infos.
La musique, elle, est présente tout au long de la journée. Elle est très pop ou très « indé ».

Quelle place à la musique dans votre vie / dans votre activité ?

Mahjouba : J’adore chanter. Il est rare de vivre une journée sans musique ; au bureau, à la maison... Je chante haut et fort et c’est bien là le problème, je chante apparemment très faux. J’ai beaucoup de chance d’avoir un entourage très tolérant.

Pascal : Elle a joué un rôle immense dans mon éveil et ma construction. Avec l’âge et par amour pour Mahjouba, j’accepte davantage qu’elle soit pop. Mes goûts sont trop radicaux pour ses oreilles.
On compose.

Le son que vous écoutez mais que vous n’assumez pas ?

Mahjouba : En ce moment, je me passe en boucle « Say you’ll Be There » de Spice Girls.

Pascal : « Diamonds » de Rihanna, « Tu m’oublieras » de Larusso et je chiale en écoutant « Pull marine » d’Adjani.

Que vous inspire le design des radios Charlestine ?

Les années 50, l’âge d’or des objets modernes : Fonctionnels et décoratifs.

Où a-t-elle trouvé sa place dans votre intérieur ?

Elle bouge. Elle trône dans la bibliothèque quand elle ne traine pas sur le sol du salon ou sur le plan de travail de notre cuisine. Parfois, elle s’invite aux pieds de la baignoire, dans notre chambre.